Alain

Vétéran, Ex-caporal-chef
Forces spéciales
45 ans

« Je me disais que ça ne pouvait pas arriver à moi, que j’étais solide, bien entraîné, que je ne pouvais pas casser. »

 

 

Louis-Philippe

Vétéran, Ex-caporal
Infanterie
34 ans

« L’ESPT c’est un peu comme avoir un accident de voiture, on s’en souvient tous comme si c’était hier… c’est comme si j’avais 50 accidents de voitures dans ma tête. »

Hélène Le Scelleur

Vétéran, Ex-Capitaine
Administrateur des services de santé
44 ans

« Je vois le mentor comme une personne qui peut vraiment aider le vétéran à changer sa vie, fixer de nouveaux objectifs, l’aider à se reconstruire. »

Sébastien

Vétéran, Ex-lieutenant
sniper et pilote
42 ans

« Quand les premiers symptômes d’anxiété et les attaques de panique sont arrivés, je ne me reconnaissais plus. »

 

Nicolas

Vétéran, Ex-sergent
infanterie
47 ans

« En 2012 ils m’ont diagnostiqué avec l’ESPT juste parce que j’ai dit au médecin que j’avais des cauchemars, après ça fait l’effet boule de neige. »